Un réseau auto-organisé de rédacteurs et de rédactrices qui en débattent par voie intégralement écrite? Oui.

En effet le Cercle Ouvert de Recherche en TEXTique, qui peut aussi recevoir, à cause, notamment, de son aptitude à susciter des réflexions assez méthodiques, l'acronyme CORTEXT, il est possible de le définir, au plus sommaire, comme un éparpillement d'individus ayant le souci d'échanger, à l'encre noire, certaines idées sur certaines questions liées à l'écrit et à l'écriture.

Mais pour saisir le CORTEXT dans sa particularité, il est nécessaire d'accorder une attention à quatre de ses aspects.

Le premier concerne la discipline qu'il met en jeu.

En effet, même s'il n'est aucunement obligatoire, pour y participer ou y contribuer, de maîtriser l'appareil théorique élaboré par la textique, le CORTEXT fait intervenir, pour une large part, des contributions branchées sur cette discipline.

Le deuxième aspect concerne l'autonomie qu'il exige.

En effet, postulant que l'effort de pensée d'un éparpillement d'agents ne saurait, ce qui ailleurs semble monnaie courante, laisser gauchir son exercice par des affaires de crédits (matériels et symboliques), le CORTEXT ne se trouve tributaire d'aucune institution.

Le troisième aspect, principal, concerne le fonctionnement qu'il applique.

En effet ce que propose le CORTEXT, c'est un épistolaire échange réglé de libres contributions écrites.

De libres contributions écrites? Oui.

En effet ces travaux écrits, appelés fiches, d'abord ne sont aucunement obligés d'utiliser les concepts textiques (ils peuvent appliquer des méthodes venues d'ailleurs), ensuite ne sont nullement astreints à traiter d'objets spécifiques (ils peuvent traiter des questions ou objets de leur choix), et enfin ne sont aucunement régis par des prescriptions quantitatives (ils peuvent se déployer sur une demi-page comme sur plusieurs feuillets).

Un épistolaire échange réglé? Oui.

En effet, afin d'assurer la meilleure coordination du collectif, il est recommandé, pour chacune de ces fiches, de se voir expédiée simultanément à l'ensemble des membres du CORTEXT.

En outre, il convient de noter que, s'agissant des deux avantages liés au SEMTEXT, le CORTEXT se trouve les maintenir.

Le démocratique rapport de transmission (et non plus, en l'occurrence, de la prise de parole, mais de la prise de l'… écrit) s'avère maintenu, puisque chacune et chacun peut non moins, à tout moment, scriptuellement intervenir.

Le déontologique rapport d'accentuation de la rigueur s'avère maintenu, puisque, les diverses contributions en jeu ne pouvant être qu'écrites, chacune et chacun se voit contraint d'élaborer patiemment ses réflexions.

Bref, d'un côté, par la démocratique transmission de la prise de l'écrit entre chacun des membres du collectif, et, d'un autre côté, par la déontologique accentuation de la rigueur observée dans sa méthode de travail, la situation du CORTEXT pourrait bien favoriser l'épanouissement d'une coopération moins lâche qu'à l'ordinaire.

Le quatrième aspect du CORTEXT concerne la liaison qu'il permet.

En effet, depuis le moment de sa clôture (peu avant l'ouverture du SEMTEXT) jusqu'à celui de sa réouverture (peu après la fermeture du SEMTEXT), le CORTEX incite ses agents à poursuivre le travail collectif au sein du dispositif complémentaire nommé SEMTEXT.

Autrement dit, avec l'articulation de ces deux dispositifs, SEMTEXT et CORTEXT, il est permis au collectif textique d'entretenir une fructueuse coopération continue pouvant être offerte sous les espèces d'un tableau synoptique: