Un atelier critique stimulant la transformation d'écrits en tout genre? Oui.

En effet, avec la rubrique "Le récritoire", se trouve mis en jeu une série de courts articles exécutant, chacun, un spécial exercice à quatre gestes coordonnés.

Le premier est que chacun de ces articles accomplit, pouvant être extrait de n'importe quel domaine, la précise délimitation d'un objet.

[Notation: Puisque les courantes appellations désignant ces domaines s'avèrent très commodes (parce que familières à beaucoup), elles peuvent ouvrir plusieurs sous-rubriques (celles qui s'affichent sur la gauche), mais puisqu'elles ne laissent pas, aussi, d'être plutôt floues (parce que, pour la textique du moins, non rigoureusement définies), une réserve incline à les mettre entre guillemets.]

Le deuxième geste est que chacun de ces articles procède, à l'intérieur des limites de cet objet, à l'identification de certaines structures estimées... défectueuses.

Le troisième est que chacun de ces articles opère, quant à ces incohérentes ou insuffisantes structures, leur transformation.

Le quatrième geste est que chacun de ces articles offre une justification expliquant en quoi ladite transformation constitue une amélioration.

En outre, vu que tous les écrits nourris de textique se posent eux-mêmes, en toute conséquence, en tant que perfectibles, une autre rubrique, intitulée "Le discutoire", se voue à publier, un souci de courtoisie et d'honnêteté intellectuelles n'étant lors point malvenu, des écrits extérieurs (soit nourris de substances autres que textique) déployant, vis-à-vis de tel ou tel écrit nourri de textique, certaines objections argumentées.